Les effets bénéfiques des micro-exercices

Descriptif

Quand il s'agit de perdre du poids, ou ne pas se retrouver en surpoids, le moindre exercice peut vous aider. Une nouvelle étude suggère que les micro-épisodes d'activité (inferieur à 10 minutes), peuvent diminuer les risques d'obésité à partir du moment où l'intensité est suffisamment élevée. En outre, ceux qui effectuent de courts exercices de manière épisodique sont beaucoup plus susceptibles d'atteindre ou dépasser les 150 minutes d'activité physique recommandées par semaine.

 
 

L'étude, publiée dans l'American Journal of Health, a constaté que même de brefs épisodes d'activité physique qui dépassent un certain niveau d'intensité peuvent être tout aussi efficaces pour aider les gens à contrôler leur poids comme le fait la recommandation actuelle qui préconise des périodes d’entrainement de 10 minutes ou plus.

 

Les résultats ont montré que pour les femmes, chaque minute par jour passée à faire des exercices plus courts est liée à une diminution de 0,07 de l’IMC. En regardant sous un autre angle, chaque minute brule l'équivalent calorique de 180 grammes. Cela signifie que lorsque l'on compare deux femmes, la femme qui ajoute régulièrement une minute de forte activité dans sa journée pèsera près de 200 gr de moins à la fin de la journée. Les résultats étaient similaires pour les hommes. Pour les deux sexes, chaque minute journalière de pratique à forte intensité réduit le risque d'obésité, de 5 pour cent pour les femmes, et 2 pour cent pour les hommes.

 

"Ce que nous avons appris grâce à cette étude c’est que pour prévenir le gain de poids, l'intensité de l’activité est plus importante que la durée", explique le Dr Jessie X. Fan, professeur d'études de la Famille et de la Consommation à l'Université de l'Utah. "Cette nouvelle compréhension est importante parce que moins de 5 pour cent des adultes sédentaires atteignent aujourd'hui le niveau d'activité physique recommandé dans une semaine (selon les recommandations actuelles). Savoir que même de courtes périodes d'activité  rapides permettent d’obtenir un effet positif constitue un message d'encouragement pour promouvoir une meilleure santé ".

 
 
 

Les recommandations de pratique physique actuelles pressent les adultes à atteindre au moins 150 minutes d'activité physique modérée à vigoureuse (APMV) par semaine, qui peuvent être divisées par périodes de 10 minutes. L’APMV est défini comme supérieur à 2.020 comptes par minute mesurés avec un accéléromètre. Cela se traduit à peu près par une vitesse de marche d'environ 5 km/h. Le fait de prendre les escaliers, de stationner son véhicule plus loin dans le parking et marcher jusqu’au magasin sont des choix qui peuvent s'additionner et peuvent avoir une différence positive sur la santé, notent les chercheurs.

 

L'étude a également montré que l'activité à plus haute intensité a été associée à un risque plus faible d'obésité, que ce soit dans les « exercices » de moins ou de plus de 10 minutes. Cela peut être une nouvelle particulièrement importante pour les femmes, qui sont, en moyenne, moins actives physiquement que les hommes. De plus, ni les hommes ni les femmes dans cette étude se sont rapprochés de la recommandation hebdomadaire de 150 minutes avec des épisodes de huit à 10 minutes. Cependant, lors de l'ajout de périodes plus courtes d'activité à plus haute intensité, les hommes ont en moyenne dépassé la recommandation, accumulant 246 minutes par semaine et les femmes s’en sont rapprochées, avec 144 minutes par semaine en moyenne.