Est-ce que les changements de saison affectent notre santé et notre condition physique ?

Descriptif

Quand les feuilles commencent à tomber par la fenêtre, vous savez qu'il est temps de commencer à intégrer votre programme de fitness automne-hiver.

Comme Charles Dickens a dit : "La nature nous donne à chaque saison des beautés qui lui sont propres, et du matin au soir, comme depuis le berceau jusqu'à la tombe, ce n'est qu'une succession de changements de façon douce et fluide dont nous pouvons à peine marquer l’évolution. "

 

Pour beaucoup de gens, cependant, les changements saisonniers ne sont pas si «doux et facile ». Ils impactent notre humeur, notre santé, notre sommeil et notre comportement en général, parfois de manière très importante. Le trouble affectif saisonnier (Seasonal Affective Disorder ou SAD) souvent considéré comme une «crise de l'énergie», peut affecter jusqu'à 6% de la population, tandis que 10 à 20% de la population peut éprouver une forme atténuée appelée le «blues de l'hiver».

 

La grippe, des envies de sucreries et de féculents, le gain de poids, des lourdeurs dans les bras ou les jambes, de la dépression et une baisse remarquable de l'énergie couplée à une augmentation de la fatigue, la durée du sommeil qui s’allonge, les difficultés de concentration, de l'anxiété, la dépression saisonnière commence généralement lorsque les jours deviennent plus courts avec des pics au milieu de l'hiver. Ajoutez à cela une augmentation de la surcharge glucidique commune pendant les vacances de fin d’année, ce qui en fait une saison malheureuse. Il y a un lien clair entre la quantité de lumière disponible pendant cette période de l'année et notre performance biologique.

 

Vous pensez peut-être la dépression saisonnière comme une forme de décalage horaire, une perturbation du rythme circadien, que ce psychiatre Dr. Alfred J. Lewy a décrit il y a des décennies. Ses recherches ont révélé que les jours qui raccourcissent à l'automne et à l'hiver cumulés avec un levé tardif du soleil nous amène à modifier notre cycle de sommeil normale, comme si nous avions voyagé à travers plusieurs fuseaux horaires. D'autres recherches suggèrent que la baisse des niveaux de sérotonine (un neurotransmetteur de bien-être) en raison d'un manque de soleil pendant l'automne et l'hiver, ainsi que les changements de rythme circadien et une prédisposition génétique, sont tous coupables de ce trouble.

 

Bien que l'exercice soit un ingrédient clé dans la réduction des symptômes de la dépression saisonnière, il est difficile pour certains de trouver l'énergie et le temps de pratiquer une activité physique durant la période hivernal.
Pour ce qui est du SAD, la luminothérapie, ou «photothérapie», peut aider. Cela implique d’être assis en face d'une boîte à lumière de 10.000 lux provenant d'une ampoule fluorescente pendant au moins 45 minutes chaque matin, et pendant quelques heures, chaque jour. Il est cependant préconisé de passer plus de temps dehors avec la lumière naturelle du soleil.

 

Respecter les programmes de remise forme au cours de cette période de l'année peut être un défi majeur - que ce soit dû au SAD, à la grippe, aux températures extérieures glaciales, au rhume, aux troubles du sommeil, à un excès de fêtes, à la malbouffe, ou juste à un manque général de temps. Il se pourrait bien que ce soit le moment le plus difficile de l'année pour rester au top de sa condition physique et de sa santé, mais c'est paradoxalement la période durant laquelle nous en avons le plus besoin.
 

Voir nos conseils pour garder votre forme physique durant cette période hivernale



Par Steeve Kerou